BMW à perte: Audi a-t-elle bluffé pendant le test du spa?

BMW à perte: Audi a-t-elle bluffé pendant le test du spa?

 

Au départ du DTM à Sp-Francorchamps, les officiels de BMW étaient perplexes: 0,6 seconde derrière la pole Audi en qualifications – et même René Rast, arrêté deux fois, était plus rapide que le meilleur BMW. Pilote Philipp Eng, qui a terminé sixième, à 36,424 secondes du vainqueur Nico Müller.

Après le test du Nürburgring, ils s’attendaient en fait à ce que Munich rattrape Audi.

« Nous sommes vraiment surpris », a déclaré Sheldon van der Linde, cinquième meilleur pilote BMW en qualifications. « Nous nous attendions à être un peu plus forts et un peu plus avancés sur la grille. Les six dixièmes derrière Audi sont décevants. »

Le pilote BMW van der Linde fait allusion à Audi Bluff

Mais est-ce l’arriéré de représentant Audi? Une bonne question, car après la journée d’essais constructeurs en juillet, il semblait en fait que Munich représenté par Augusto Farfus avait même un avantage sur le parcours ardennais.

«Chacun peut tirer ses propres conclusions, mais je ne pense pas qu’Audi ait poussé à 100% dans le test du spa», croit van der Linde en bluffant l’entrepôt Audi. « Nous étions sûrs que nous ne serions pas une seconde et demie plus rapides qu’avec Augusto et Benoit Treluyer. Peut-être que l’Audi a joué intelligemment en ne montrant pas tout. Et puis ils sont venus ici et nous ont pris. clairement laissé pour compte lors des qualifications.  »

Van der Linde attribue en partie l’arriéré aux conditions et au parcours lui-même: « Nous avons vu qu’Audi est très rapide dans les lignes droites. Et ici, nous avons beaucoup de lignes droites. Au Nürburgring, il semblait que nous étions très proches. Le tour est plus long ici, donc l’écart de temps au tour est également plus grand. Vous n’êtes jamais aussi proche qu’avec un temps au tour de 1:20 comme au Nürburgring.  »

Était-ce dû à la pression minimale des pneus plus élevée?

Il était également frappant que les pilotes BMW aient eu des problèmes avec les pneus plus tôt qu’Audi en course. Cela pourrait également être dû au fait que la pression minimale des pneus, qui est normalement fixée à 1,25 bar, a été augmentée ce week-end par Hankook à 1,45 bar pour des raisons de sécurité.

«C’est l’une des raisons pour lesquelles la dégradation des pneus est plus élevée, surtout ici à Spa», explique le pilote BMW Marco Wittmann, qui n’était que onzième. « Cependant, cette valeur a été prescrite pour être du bon côté et pour éviter des dommages structurels au pneu – en particulier dans l’Eau Rouge. »

Le double champion du DTM n’exclut pas une connexion. « C’est possible, mais c’est une question difficile. Nous ne roulons jamais à Spa. Si nous roulions sur une autre piste comme Zolder ou Assen et que nous avions maintenant ces pressions de pneus élevées, nous verrions probablement plus clairement. Je ne sais pas si c’est le cas. C’est uniquement à cause de la pression, ou si c’est simplement en fonction de l’itinéraire que l’Audi est meilleure ici.  »

Pourquoi le « chuchoteur de pneus » Wittmann s’est-il retrouvé sous les roues

Il y a une autre raison pour laquelle le « chuchoteur de pneus » de Fürth est passé sous les roues d’une telle manière qui semble avoir été clarifiée entre-temps. «Le premier relais était plutôt bon, j’avais un bon rythme, surtout par rapport à mes collègues BMW», explique Wittmann. « Le deuxième relais était le contraire. Nous avons conduit des pneus différents dans le deuxième relais, ce qui nous a probablement conduit à cette panne extrême. »

En fait, l’équipe RMG BMW de Wittmann et Glock, qui a terminé huitième, a utilisé des slicks dans le deuxième relais. « Vous pouvez prendre les pneus usagés des qualifications ou un nouveau set. Ou vous pouvez utiliser des pneus que nous avons frappés lors de la première séance d’essais. Timo et moi l’avons fait aujourd’hui. Et nous en avions tous les deux comparé à nos collègues BMW. forte dégradation.  »

Le directeur sportif de BMW, Marquardt: « Peut faire beaucoup mieux »

Le poker n’a pas porté ses fruits: « J’ai été sixième pendant longtemps, ce qui était bien. Et à la fin j’étais à court de points. » Le fait que BMW ait dû essayer quelque chose était également dû aux positions de départ modérées.

« En course, nous avons essayé de tirer le meilleur parti possible de nos performances de qualification moins qu’optimales », explique le directeur de BMW Motorsport, Jens Marquardt. Mais cela n’a fonctionné que pour Eng et Lucas Auer, qui ont terminé septième du retour du DTM.

« Avec Philipp et Lucas, vous pouvez voir que vous pouvez aussi avancer dans la course si vous gérez correctement les pneus. Cela n’a pas fonctionné pour toutes les voitures. Nous pouvons certainement faire beaucoup mieux là-bas. »

.