C’est ainsi qu’Audi aide ses pilotes DTM

C'est ainsi qu'Audi aide ses pilotes DTM

Un pur stress pour les pilotes DTM Audi Rene Rast, Nico Müller et Robin Frijns. Étant donné que le trio participe également à la Formule E, qui court actuellement six courses consécutives à Berlin, douze courses doivent être terminées en 23 jours. «C’est peut-être la période la plus intense de ma carrière et de ma vie», déclare René Rast, qui, comme ses collègues, s’est envolé pour Berlin depuis la Belgique immédiatement après la course de DTM.

Le programme est particulièrement difficile pour le champion du DTM, qui après avoir remporté le DTM à Spa lors de sa première Audi en Formule E a même marqué un point à la dixième place: le joueur de 33 ans n’a disputé qu’une seule course de Formule E en Contesté en 2016 et doit s’habituer à la série de courses électriques dès que possible.

«Chaque fois que je regarde mon téléphone portable, j’ai 20 à 30 nouveaux e-mails, que je dois tous lire ou répondre», dit-il, décrivant sa situation actuelle. “Ce sera comme ça pendant trois ou quatre semaines maintenant. C’est tout un défi de réunir le DTM et la Formule E sous un même toit – et de ne rien manquer d’important. Je ne peux pas tout faire, je dois me concentrer sur l’essentiel. Ce sera beaucoup. des semaines mouvementées. Et j’espère que je continuerai de bien faire mon travail. “

Gass: la Formule E ne doit pas avoir d’impact négatif sur le DTM

Il est clair que le DTM doit ralentir un peu la vie de Rast pour le moment. Dans la perspective de l’ouverture de la saison DTM à Spa, il se préparait principalement pour la Formule E dans le simulateur Audi à Neuburg. «En termes de pourcentage, il était d’environ 80% pour la Formule E et 20% pour le DTM», dit-il. “Cependant, vous ne pouvez pas faire grand-chose dans le simulateur pour le DTM, alors que j’ai dû apprendre tous les processus de la Formule E.”

Mais comment Audi essaie-t-elle de rendre le programme marathon aussi supportable que possible pour ses pilotes DTM? “Nous ne pouvons essayer de soutenir nos pilotes qu’en leur donnant le temps dont ils ont besoin pour se détendre et avoir du temps libre entre les épreuves”, déclare Dieter Gass, responsable d’Audi Sport. “Nous essayons de limiter vos activités de presse et de marketing entre les événements.”

Parce que la situation est assez délicate, car Müller et Rast sont en tête du classement DTM après un week-end – et Frijns, qui a décroché sa première pole à Spa, est également en bonne position en quatrième. “Ce que nous ne voulons pas, c’est qu’un engagement en Formule E ait un effet négatif sur le reste de la saison DTM”, précise Gass. Mais il ne peut pas complètement l’exclure: “Il n’y a jamais eu de situation comme celle-ci auparavant.”

Müller: le changement n’est pas un problème

À l’inverse, il ne voit aucun danger: “Je ne pense pas que le DTM puisse avoir un impact négatif sur la Formule E, car nous n’avons qu’une course en DTM avant cela.”

Le leader du DTM, Müller, est convaincu que la tâche est gérable. “Nous n’avons pas beaucoup de temps entre ces événements, ce sera donc un défi de changer rapidement”, déclare le Suisse. “Heureusement, nous avons à nouveau notre programme normal de DTM au Lausitzring avec des essais vendredi. Nous avons au moins quelques tours supplémentaires pour entrer dans le rythme.”

Il voit le fait qu’une voiture DTM diffère significativement d’une voiture de course de Formule E comme un avantage majeur: «Plus les voitures sont différentes, plus il est facile de changer de direction. Le risque de se confondre avec votre style de conduite est limité. Je ne suis pas inquiet à ce sujet. “

Le stress et la tension mentale comme le plus grand défi

La tension mentale est un plus grand défi: “Une journée de course est très intense. Après cela, vous vous sentez épuisé – pas nécessairement à cause du défi physique, mais à cause de la concentration et du stress. Mais maintenant, nous aurons très peu de temps pour nous régénérer. Mais je suis préparé pour ça. “

Il est intéressant de noter que, parmi tous, les trois pilotes de Formule E se sont mis sous les feux de la rampe à Spa et ont terminé dans les trois premiers lors des séances de qualification et de la course du dimanche. Y at-il une raison à cela? «C’est drôle, nous l’avons remarqué aussi», déclare le directeur d’Audi Sport Gass, qui n’a aucune explication.

Un programme parallèle pourrait-il même être un avantage? “Je ne pense pas que cela joue un rôle”, déclare Frijns, qui a déjà joué les deux séries l’année dernière. “Vous ne pouvez pas comparer la Formule E et le DTM – même pas au début.”

.