Des stars du football stylées? Cela dit le coiffeur star Dashi Krasnici

Des stars du football stylées?  Cela dit le coiffeur star Dashi Krasnici

L’Association centrale du commerce allemand de la coiffure a critiqué les footballeurs professionnels fraîchement coiffés avec une lettre ouverte. Le coiffeur vedette Dashi Krasnici prend non seulement les professionnels mais aussi les coiffeurs eux-mêmes au service.

Le coiffeur star de Düsseldorf Dashi Krasnici a après une lettre ouverte de l’Association centrale du commerce allemand de la coiffure à la DFB a également rendu sa profession responsable. L’association de coiffure avait précédemment exprimé son mécontentement auprès des professionnels du football fraîchement coiffés qui mettaient toute une industrie sous pression.

“S’il est vrai que les footballeurs professionnels en Allemagne se font encore couper les cheveux par des coiffeurs, je ne pense pas que ce soit correct. Cela jette une mauvaise image de notre profession”, a déclaré Krasnici, qui dirige deux salons à Düsseldorf. “Pour moi en tant que coiffeur et entrepreneur, ce serait interdit, nous nous en tenons aux règles. Les coiffeurs qui font quelque chose comme ça ne sont pas autorisés à être soutenus.”

Série de photos avec 10 photos

Krasnici est un coiffeur apprécié des footballeurs professionnels, le joueur national Matthias Ginter et le professionnel du Bayern Leroy Sané se sont fait coiffer avec lui. Krasnici, qui doit garder ses salons fermés au moins jusqu’à fin janvier, reçoit actuellement un certain nombre de demandes de la part de stars de la Bundesliga.

“Beaucoup de gens m’écrivent. Mais les règles s’appliquent à tout le monde, pas seulement aux footballeurs. La situation pour nous est merdique. Quand vous avez autant d’employés, vous devez penser à comment survivre. Je me concentre dessus, comme moi peut sauver mon entreprise et essayer d’avoir une vision positive de l’avenir. J’espère que nous pourrons traverser la pandémie en bonne santé », espère-t-il dans l’avenir.

Néanmoins, la situation actuelle est limite, “surtout financièrement. Si les choses continuent comme ça, je n’ai pas d’autre choix que de continuer à y mettre mes actifs privés et de m’accrocher pendant dix ans”. Son souhait est clair: “Je ne peux qu’espérer à Dieu que nous pourrons travailler à nouveau à partir de février”.

En raison de l’ordonnance actuelle sur la protection contre les corona, tous les coiffeurs ont dû fermer avant le 31 janvier. Une visite à domicile est également interdite. Contourner la règle peut être sanctionné par une amende à quatre chiffres.