FC Barcelone: ​​Griezmann, le dernier de la file

FC Barcelone ​​Griezmann le dernier de la file

ETLe débat est sur la table. L’arrêt de l’équipe nationale a mis en évidence un problème manifeste à Can Barça qui était déjà récurrent lors de plusieurs phases de la saison dernière: la performance d’Antoine Griezmann et la relation qu’il entretient avec le poste qu’il occupe sur le terrain.

Deschamps défend Griezmann … avec un message à Koeman?: “Ici, il joue dans sa meilleure position”

Le footballeur a déjà laissé tomber le premier “message” à Koeman: “Deschamps sait où me mettre.” Il y a l’affaire Griezmann et, dans le football purement, une résolution difficile de la même chose est prévue. Et c’est que, dans le système Ronald Koeman, le Français est le dernier en ligne. Le double pivot semble non négociable et cela se traduit par un dessin clair dans lequel Griezmann ne semble avoir sa place qu’à un seul endroit. Et ce n’est pas exactement là où vous vous sentez le plus à l’aise.

Dans ce 1-4-2-3-1, et en tenant compte de la performance actuelle de ses coéquipiers, la position de Ansu Fati dans la voie de gauche, c’est indiscutable. La zone centrale, tant au milieu de terrain qu’à l’avant, est le territoire de Coutinho Oui Messi. Il va sans dire que l’Argentin occupera toujours la position qui exploite le mieux ses qualités. Et, dans le cas du Brésilien, son amélioration évidente et ses bons sentiments lors des premiers matchs de championnat le renforcent dans cette position de crochet.

Personne ne peut arrêter Mendy: départ mortel par la droite et but de Griezmann à l’équipe

Condamné à la voie de droite

L’aile droite est donc le seul écart où Griezmann peut s’insérer. Dans différentes phases du jeu, Messi occupe la position du faux «9». C’est là que le Français pourrait échanger des positions avec l’Argentin et trouver un autre domaine du terrain où il pourrait tenter d’exploiter ses qualités. En fait, cet échange de positions a déjà été vu la saison dernière. Le problème est que maintenant Koeman exige un engagement beaucoup plus défensif et cela oblige Griezmann à fermer l’aile droite.

Bref, et en attente de rotations, de sanctions ou de quelques blessures inattendues, Griezmann est «condamné» à s’adapter à la position d’ailier, avec le ballon, et un faux intérieur, sans lui. Les Français le savent et le regrettent. En France, c’est différent. Là, son poids dans le jeu est plus grand, sa position est adéquate et sa hiérarchie est suffisante pour ne pas remettre en cause son rôle dans l’équipe. Mais à Barcelone, l’histoire est différente. Et il est difficile de penser que cela va changer.

.