Formule 1 | Bottas n’a “pas vu de dommages aux pneus”

Formule 1 |  Bottas n'a "pas vu de dommages aux pneus"

Lors de la 50e manche du Grand Prix de Grande-Bretagne, tous les espoirs d’un meilleur résultat de Valtteri Bottas ont été perdus. Le Finlandais a soudainement ralenti au virage 3, son pneu avant gauche a commencé à se dissoudre. Après un deuxième arrêt aux stands, Bottas a été repoussé, il a raté le dernier point de la Coupe du monde de seulement 0,310 seconde. Un gros amortisseur pour ses rêves de Coupe du monde.

“Tout a semblé assez solide après une victoire de un contre deux. Mais Valtteri a soudainement déclaré à la radio qu’il avait senti quelque chose sur le pneu avant gauche. Il était alors clair que c’était une crevaison”, a déclaré le patron de l’équipe Mercedes Toto Wolff sur “Sky” – Microphone les minutes anxieuses vers la fin de la course.

“Il se passe quelque chose avec le pneu”, a lancé Bottas au 49e tour peu avant l’accident, un peu plus tard, le pneu avant s’est cassé. Le Finlandais est sorti de la ligne idéale au virage 3 et a dû céder la deuxième place à Max Verstappen.

Wolff: “Les conducteurs se sont trop poussés”

Le vice-champion du monde s’est traîné dans les stands pendant tout le parcours sur seulement trois roues fonctionnelles. «J’ai ressenti des vibrations sur les pneus avant avant, elles ont empiré de plus en plus. C’est pourquoi il a essayé de gérer les pneus dans les tours précédents. “J’essayais juste de terminer la course.”

Le Finlandais a été particulièrement malchanceux en raison du moment où le pneu s’est cassé. “J’ai dû terminer tout le tour, ce qui n’était pas idéal.” À ce moment-là, il avait bouclé 37 tours avec le pneu dur. Après l’arrêt aux stands, il a été renvoyé en position 13.

“Nous savions que ça allait être un long relais avec les pneus durs. J’ai essayé de mettre Lewis sous pression, mais j’ai eu de plus en plus de vibrations vers la fin.” Auparavant, Bottas s’était déjà arrêté au tour 13 dans le cadre de la deuxième phase de la voiture de sécurité du milieu utilisé au dur frais.

Pirelli a donné une stratégie optimale avec le pneu de départ moyen avant la course, donc Bottas n’aurait dû passer au pneu dur que dans les tours 21 à 24. Cependant, certains pilotes sont restés plus longtemps sur la dure: huit pilotes ont fait 40 tours sur le pneu blanc.

Bottas n’avait aucune idée de son malheur à l’avant-dernier round: “C’est arrivé tout d’un coup. Je ne l’ai pas vu venir.” Au stand de commande Mercedes, les pilotes avaient déjà été informés des données des pneus, comme Wolff le révèle après la course.

“Valtteri a mis Lewis sous pression. Quand nous avons regardé les données sur les pneus, nous pensions déjà qu’ils se poussaient trop”, a déclaré l’Autrichien par la suite. Bottas était en tête en deux secondes jusqu’au 40e tour. Ce n’est qu’alors qu’il a dû laisser partir Hamilton.

Numéro zéro pour Bottas “un revers”

“Mais nous ne sommes pas intervenus”, souligne Wolff, “mais ils les ont seulement prévenus qu’ils pourraient finir par manquer de pneus. C’est pourquoi ils se sont affrontés.” En fait, les inquiétudes des responsables du garage Mercedes étaient justifiées, non seulement Bottas a subi une crevaison, mais aussi Hamilton.

Mais alors que le Finlandais a été frappé deux tours avant la fin de la course et a dû récupérer un nouveau train de pneus, le Britannique a eu la chance que son pneu ne se casse qu’un tour plus tard. Hamilton a donc célébré son 87e succès en carrière, Bottas, cependant, est resté à la onzième place sans un point.

“Pour les Valtteri, c’est un véritable revers dans leurs ambitions de championnat”, déclare Wolff. Au classement des pilotes, Hamilton compte désormais 30 points d’avance sur son coéquipier (88:58). Le patron de l’équipe Mercedes parle d’une journée “douce-amère”.

Le sort de Bottas aurait-il pu être évité avec un arrêt de sécurité plus tôt? “Alors nous aurions perdu la deuxième place”, répond Wolff. “Vous pouvez bien sûr faire monter la voiture dans les stands avec précaution et changer de pneus, mais je ne pense pas que quiconque fera cela dans cette situation.”

C’est exactement ce que Red Bull a fait et a renvoyé Verstappen au 50e tour sur pneus tendres. “Le Red Bull a réalisé le meilleur tour. Maintenant, vous pouvez vous demander s’il était intelligent ou non. Parce qu’ils auraient peut-être gagné la course. D’un autre côté, Christian m’a dit que le pneu était assez coupé. Alors, nous ne le saurons jamais », dit Wolff.

Ce qui a causé les dommages aux pneus lors de la course de Silverstone n’est toujours pas clair. Le patron de l’équipe Mercedes suppose que les dégâts ont été causés par des débris sur la piste. D’autre part, selon l’expert de «Sky» Nick Heidfeld, le fait que les trois voitures (Bottas, Hamilton et Sainz) étaient le pneu avant gauche.

18 points de Coupe du monde “ont disparu dans les airs”

“Je suis curieux de voir ce qui ressort de l’analyse, si ce sont vraiment les parties qui étaient sur la piste”, a déclaré l’ancien pilote de Formule 1. Cela le surprendrait. Parce que le pneu avant gauche a été identifié comme un point faible avant la course – “On en a dit avant la course qu’il était le plus utilisé”.

“Et avec Valtteri, vous avez vu en conduisant que cela ressemblait à des bulles sur la gauche. Donc je suppose que c’était un problème de suivre les tours et pas à cause des pièces sur la piste”, analysé l’Allemand.

Toujours amer pour Bottas: “Je suis désolé, pour lui et l’équipe, car cela aurait été 18 points de plus pour le classement des constructeurs et des pilotes, qui a soudainement disparu. Ce n’était pas un bon moment”, déclare Wolff à.

Comment le Finlandais se lancera-t-il dans la deuxième course de Silverstone le week-end prochain après cette défaite? Après tout, Pirelli a nominé des composés de pneus plus tendres pour le Grand Prix anniversaire. «Oui, ce sera un problème pour tout le monde», sait-il.

Bottas ne suppose donc pas qu’une stratégie d’arrêt sera possible lors de la deuxième course. “Je suis sûr que nous pouvons apprendre beaucoup de ce week-end. Mais oui, nous devons juste regarder devant nous”, soupire-t-il.

.