Joueur Yelena Levchenko Libéré: “J’ai vécu dans un nid de bactéries”

La jugadora Yelena Levchenko, liberada: "He vivido en un nido de bacterias"

Len biélorusse Yelena Levchenko, nommée meilleure pvot de la Coupe du monde 2010 et finaliste de la WNBA la même année, est sortie ce jeudi après avoir purgé quinze jours d’arrestation administrative pour avoir affronté le dernier dictateur d’Europe, Alexandr Lukashenko.

Ils ont mis ma santé en danger. Ils ont saisi mon matelas et mes draps. Il n’y a plus d’eau chaude. Je n’ai pas été autorisé à prendre une douche pendant 13 jours. Ils ont bloqué la chaîne des toilettes. J’ai vécu dans un nid de bactéries.Ils ne m’ont pas emmené faire une promenade pendant cinq jours. J’ai des poux. Tout cela fait mal à ma santé“, Il a dit.

Levchenko, l’athlète le plus critique du régime biélorusse, a porté ces plaintes lors du procès tenu ce jeudi à Minsk, dans laquelle il a été condamné à une amende pour avoir participé à une deuxième manifestation de l’opposition.

Ils étaient le mauvais bouc émissaire. Yelena a vécu si longtemps, elle a dû surmonter tant de choses pour gagner, qu’il ne sera pas possible de la plier. Elle est fidèle à ses principes et, avant tout, à elle-même », a commenté Natalia Marchenko, une autre basketteuse bien connue, à Efe.

Levchenko a été condamné le 30 septembre à 15 jours de détention administrative dans le centre de détention d’Okrstina, tragiquement connu pour les abus et la torture des manifestants.

Le crime de Levchenko, qui a été arrêtée à l’aéroport alors qu’elle était sur le point de s’envoler pour Paris pour sa réhabilitation, devait participer à deux marches pacifiques à Minsk, les 23 août et 27 septembre.

Cependant, son vrai péché a été de critiquer le régime pour avoir manipulé les résultats des élections présidentielles du 9 août et réprimer violemment les manifestations de masse des deux derniers mois.

Il a également été montré très critique à l’égard du décret du ministre bélarussien des Sports, Sergei Kovalchuk, qui force les athlètes par contrat pour apprendre l’hymne national et ne pas faire de déclarations à la presse sans autorisation de leurs clubs ou fédérations.

Le document obliger également les athlètes à n’utiliser ou agiter que le drapeau et les symboles nationaux (rouge et vert), en opposition claire au drapeau rouge et blanc, devenu l’un des symboles des manifestations.

Le basketteur a dénoncé la “pression psychologique” sur les sportifs et a considéré que ledit décret est une violation des droits de l’homme.

Selon l’article 33 de la Constitution, chacun a la liberté d’opinion, de conviction et d’expression. Personne ne peut être contraint d’exprimer ses opinions ou d’y renoncer. En d’autres termes, il arrive que la Constitution soit violée. Comment est-ce possible? », Commenta-t-il.

Levchenko a averti que son pays ressemblait de plus en plus à la Corée du Nord. “Au 21ème siècle, il n’est pas possible d’adopter ces méthodes au centre de l’Europe », a-t-il souligné.

Il était également l’un des 830 athlètes qui ont signé la pétition pour mettre fin aux violences policières, sanctionner les responsables de la répression, libérez les détenus et les prisonniers politiques et déclenchez une nouvelle élection présidentielle.

Dans les désormais traditionnelles marches du dimanche, les athlètes avancent dans leurs propres colonnes avec le slogan “Les athlètes avec le peuple”.

Levchenko, 37 ans, a été approuvé par plusieurs de ses collègues, bien que les basketteurs comme Yegor Mescherikov regrettent qu’en Biélorussie beaucoup ont peur d’exprimer publiquement leurs opinions. “Derrière les portes closes nous soutiennent à 90%, mais seuls quelques-uns le font publiquement“, Il a dit.

Et il y en a beaucoup Athlètes d’élite biélorusses qui sont en même temps membres du KGB, l’armée ou le ministère de l’Intérieur.

Cette semaine, on a également appris que le nageur Alexandra Guerasimenia, triple médaillée olympique, s’est exilée à Vilnius, où elle a pris la direction du Fonds de solidarité sportive.

Ce fonds, fondé en août 2020, fournit une assistance financière, logistique et psychologique aux athlètes persécutés par le régime.

Jusqu’à présent, il a aidé une vingtaine d’athlètes et entretient un dialogue régulier avec le Comité International Olympique (CIO).

Précisément après que le fonds s’est adressé au CIO pour violation des droits des athlètes, son président, Thomas Bach, avancé pour enquêter sur la question de savoir si Minsk discrimine les athlètes “en raison de leurs opinions politiques” et a contacté le Comité olympique biélorusse pour s’enquérir de Levchenko.

Il a également envoyé une lettre à Loukachenko “vous demandant de confirmer que les athlètes biélorusses pourront continuer à préparer les Jeux Olympiques, quelles que soient les opinions qu’ils ont pu exprimer en ces temps difficiles. ”

“L’affirmation que la protestation se dégonfle n’est pas vrai. Le peuple n’a pas l’intention de se rendre“, a prédit Efe Yekaterina Sntina, capitaine de l’équipe de basket.

.