L’ancien patron de Mercedes aimerait «sortir la magie» du DRS

L'ancien patron de Mercedes aimerait «sortir la magie» du DRS

Samedi à 17h00, la première d’une conférence très spéciale sur le sport automobile aura lieu sur les chaînes YouTube de Motorsport-Total.com et Formel1.de: l’ancien directeur sportif de Mercedes Norbert Haug a pris la parole dans le “Mototsport-Talk2 of” Motorsport- Total.com “et” Formel1.de “se sont exprimés sur l’avenir du sport automobile et se sont déclarés opposants au système DRS.

Au moment où les participants à la conférence reçoivent la “baguette magique” avec laquelle trois mesures pourraient rendre la course automobile plus attrayante à l’avenir, Haug se tire une balle dans l’aileron arrière rabattable DRS (Drag Reduction System) selon ses propres déclarations, il aimerait «sortir de la magie».

Récemment à Portimao et à Istanbul, le DRS a veillé à ce que les voitures les plus rapides soient enfin sorties en tête dans un ordre initialement confus sans combat. Cela a suscité des critiques dans les commentaires des médias internationaux, par exemple dans la colonne «Qui a le pire dormi la nuit dernière».

Haug critique dans la vidéo: “Je pense que les manœuvres de dépassement ne sont pas vraiment prises au sérieux. Pourquoi devrais-je, en tant que pilote, essayer quelque chose au virage X que je réussisse immédiatement sur la ligne droite suivante Y?”

Haug: le DRS réduit la volonté des conducteurs de prendre des risques

“Nous savons tous que nous sommes tellement expérimentés dans la course: quand quelqu’un entre dans la ligne droite avec une telle distance qu’il ne sera plus le leader à la fin de la ligne droite. Je ne sais pas à quel point c’est contre-productif pour la tension.”

Le fait est que le manque de manœuvres de dépassement en Formule 1 a été critiqué pendant des années, mais il y a des duels épiques dans l’histoire qui n’auraient pas été possibles avec le DRS. Pensez à Fernando Alonso contre Michael Schumacher à Imola 2005: au lieu de se battre roue contre roue pendant de longs tours, Schumacher aurait simplement appuyé sur le bouton DRS et passé.

Haug propose un autre exemple: “La manœuvre de dépassement de Mika Häkkinen et Michael Schumacher sur la longue ligne droite de Kemmel à Spa 2000. Nous n’en parlerions pas aujourd’hui si cela s’était produit avec le DRS.”

Début 2009, une variante du système de réduction de traînée a été introduite pour la première fois. Au départ, l’aile avant pouvait être repliée à la place de l’aile arrière. La version actuelle du DRS est autorisée en Formule 1 depuis 2011.

«Je suis complice, je n’ai pas pu l’empêcher», regrette Haug. “C’est à mon époque que le DRS a été décidé. Mais parfois, des choses sont décidées qui ne trouvent pas votre approbation personnelle.”

Haug à propos de DRS: “Je n’en ai jamais été un ami”

Il n’a “jamais” rencontré de vrai fan de DRS, déclare l’ancien directeur de Mercedes Motorsport, et souligne: “Je n’ai jamais été un ami d’eux, et en tant que vrai pilote, je ne le suis toujours pas aujourd’hui. Peut-être que dans le futur ce sera possible, dans le cas de nouvelles réglementations. “

Un souhait qui pouvait être entendu. Parce que l’ancien compagnon de Haug dans l’équipe d’usine Mercedes, Ross Brawn, est désormais responsable de toutes les questions sportives de la Formule 1, au nom du détenteur des droits Liberty Media. Et Brawn veut également abolir le DRS.

Dès 2018, Brawn a annoncé publiquement son espoir pour la première fois, “que nous atteindrons un point dans le temps où le DRS ne sera plus si indispensable”. Cela était prévu pour les règlements de réforme de 2021. Parce que cela a maintenant été reporté à 2022, il y aura au moins une saison de Formule 1 supplémentaire avec DRS.