Le Bayer Leverkusen se qualifie pour les quarts de finale de la Ligue Europa

Le Bayer Leverkusen se qualifie pour les quarts de finale de la Ligue Europa

Démarrage à froid réussi dans la chaleur torride: le Bayer Leverkusen s’est qualifié avec confiance en quarts de finale de la Ligue Europa et peut rêver de son premier titre en 27 ans.

L’équipe de l’entraîneur Peter Bosz a remporté le match retour des huitièmes de finale contre le vice-champion écossais Glasgow Rangers bien mérité 1-0 (0-0) et fait partie des huit derniers d’une compétition européenne pour la première fois depuis 2008.

En quarts de finale à Düsseldorf lundi, cependant, le vice-champion italien de l’Inter Milan, l’un des meilleurs favoris, attend. “C’est un match – c’est l’avantage et l’inconvénient. Nous voulons gagner et réaliser de grandes choses”, a déclaré le capitaine du Bayer Lars Bender à “DAZN”.

Les Rhénaniens devront alors s’améliorer notamment en exploitant les opportunités. «Nous devons utiliser ces possibilités sans ménagement et nettoyer les choses», a exigé Bender. “Nous avons besoin de fraîcheur mentale pour le tournoi final. Ce sera extrêmement important en quarantaine.”

Havertz met le premier point d’exclamation

Le 12 mars, le Werkself a ouvert grand la porte au tournoi Final 8 en Rhénanie du Nord-Westphalie avec une victoire 3-1 à Ibrox, le dernier match d’une équipe allemande devant les rangs complets. Moussa Diaby (51e) a éliminé les derniers doutes jeudi.

Bosz a dû se passer de cinq joueurs 147 jours après le match aller, Kai Havertz, qui devrait déménager à Chelsea, devait débuter lors de son prétendu dernier match au BayArena. “Kai sera à 100% avec sa tête”, a souligné Bosz avant le match. Il avait raison: le joueur national a posé le premier point d’exclamation avec une baisse de volée sur la barre transversale (16e) malgré sa position inhabituelle d’ailier droit.

Supérieur à Leverkusen à tous égards

Malgré la pause de 33 jours, Bayer était supérieur aux champions du record écossais à tous égards dès le départ, mais parfois la précision dans le dernier tiers manquait à des températures supérieures à 30 degrés. Une pièce de rêve d’Exequiel Palacios à Havertz a été l’exception, mais le joueur de 21 ans a tiré juste devant le gardien invité Allan McGregor très doucement à droite (22e).

La supériorité devenait de plus en plus écrasante devant un décor fantomatique, les Écossais franchissaient à peine la ligne médiane. Mais ni Diaby (39e) ni le débutant en Coupe d’Europe Florian Wirtz (44e) ou Kevin Volland (45e + 2) n’ont apporté leurs bonnes opportunités de tir au but. Après le changement, l’entraîneur invité Steven Gerrard a laissé son équipe commencer un peu plus haut.

Charles Aranguiz, banni du jaune en quart de finale, a utilisé le nouvel espace pour une passe parfaite derrière la défense, et Diaby s’est facilement tourné vers le coin court. Peu de temps après, Havertz (54e) a raté la double frappe, mais la dernière étincelle de foi était déjà éteinte chez les 54 fois champions d’Écosse. Avec de nombreux changements précoces, Bosz a même pu sauver quelques forces.

.