Le dominateur Francesco Friedrich veut briller dans le “bob hotspot”

Le dominateur Francesco Friedrich veut briller dans le "bob hotspot"

Francesco Friedrich a également dû s’habituer à la nouvelle réalité du chenal de glace. “Au début, vous souriez un peu. Casque baissé, masque sur. Mais c’est vraiment important”, a souligné le champion du monde record avant le début de la Coupe du monde de bobsleigh. Dès samedi, le Dominator jettera son dévolu sur les prochains sommets au milieu de la zone à risque Lettonie.

Mais “Frédéric le Grand” traite également la pandémie corona avec beaucoup de respect. “Vous êtes toujours un peu excité juste avant le résultat du test. Personne n’est à l’abri de cette maladie”, déclare le Saxon. Jusqu’à présent, l’équipe allemande a réussi la préparation sans infection, de nombreux tests et exigences de masquage loin du traîneau devraient assurer un hiver le plus sûr possible. “Nous devons tous passer par là”, a déclaré Friedrich.

Côté sport, le joueur de 30 ans est à nouveau le favori. Lors de la Coupe du monde à domicile à Altenberg début mars, Friedrich a égalisé le légendaire Italien Eugenio Monti avec son onzième titre en Coupe du monde. Un an plus tard, il pourrait devenir le seul détenteur du record – à nouveau sur sa piste à domicile en Saxe. Corona est “merci”.

“Nous appuyons sur le gaz pour rester les chassés”

L’association mondiale IBSF avait annulé la Coupe du monde, qui avait été initialement attribuée à Lake Placid aux États-Unis, en raison de la pandémie, et l’Allemagne est également intervenue en tant qu’hôte de la luge. Le but est clair. “Nous appuyons sur l’accélérateur pour continuer à être traqués”, a souligné avec confiance Friedrich, invaincu depuis quatre événements majeurs. Dans les combats pour le titre début février, il pourrait également devancer Andre Lange et être le premier à remporter l’or quatre fois de suite.

Le meilleur pilote allemand connaît l’importance de cette saison, pas seulement comme signal sportif dans les moments difficiles. L’Association allemande de bobsleigh et de traîneau (BSD) dépend des Coupes du monde. Si les courses et la présence télévisuelle, qui sont importantes pour les revenus du sponsoring, n’apparaissent pas, a affirmé Alexander Resch, membre du conseil d’administration de BSD, “alors nous ne serons plus solvables”.

Jusqu’à la fin de l’année, seules des courses à deux sont prévues, ce que Friedrich trouve “une honte”. La discipline suprême, le quatuor, n’est au calendrier que lors de la saison pré-olympique de la nouvelle année. Les Canadiens autour du champion olympique Justin Kripps sont également complètement absents des quatre premières Coupes du monde.

L’Europe comme «point chaud du bobsleigh»

Ce ne sera pas du tout un hiver outre-mer: sept des huit Coupes du monde auront lieu en Europe en raison de facteurs corona, notamment Winterberg et Königssee. Seule la finale de la Coupe du monde est largement parcourue, les 13 et 14 mars, la piste olympique de Pékin 2022 sera parcourue pour la première fois.

Outre Friedrich, le double vice-champion du monde de Stuttgart, Johannes Lochner, faisait partie de l’équipe de l’entraîneur national Rene Spies, et le champion allemand Christoph Hafer a d’abord intégré l’équipe pour les deux premiers week-ends à Sigulda et la double coupe du monde qui a suivi à Innsbruck.

La formation féminine est dirigée par la championne olympique Mariama Jamanka et la deuxième championne du monde Kim Kalicki, avec Laura Nolte qui l’a complétée lors des premières épreuves.