Le “Stade des cent mille” ouvre à Leipzig

Le "Stade des cent mille" ouvre à Leipzig

Construit à partir de ruines – plus précisément des ruines de la Seconde Guerre mondiale – Leipzig a construit le plus grand temple du sport d’Allemagne. 23 mètres de haut, 100 mètres de large et près d’un kilomètre de circonférence – le stade central de Leipzig a établi de nouvelles normes dans l’histoire de l’après-guerre. Le 4 août 1956, l’objet de prestige de la RDA a été officiellement inauguré contre le partenaire du bloc de l’Est hongrois Honved Budapest devant (officiellement) 100 000 spectateurs.

Le surnom apparemment pathétique de “Stade des Cent Mille” n’est pas par hasard: en un an et demi, 180 000 volontaires avaient écrasé le gigantesque anneau de béton du sol.

Dans les années 1930, les nazis avaient déjà identifié les vastes terrains du bassin de l’Elster comme le lieu idéal pour leurs marches. Semblable aux bâtiments fascistes de Nuremberg, un stade pour 100 000 invités devait être construit à Leipzig.

Peu de confort pour les invités dans le bâtiment de propagande

Mais les choses se sont déroulées différemment: l’Allemagne a perdu la guerre, a été divisée, les nouveaux dirigeants socialistes ont utilisé les décombres du sombre passé nazi à leurs propres fins de propagande. La Mecque des sports de la RDA n’a ouvert ses portes que pour les événements sportifs les plus importants.

Outre les festivals de gymnastique et les compétitions nationales de cyclisme et d’athlétisme, les duels internationaux de football en particulier ont suscité beaucoup d’intérêt. Un public non officiel de 110000 personnes a survécu lors d’un match de qualification pour la Coupe du monde à l’automne 1958.

Le fait que le bâtiment de propagande n’offrait que peu de confort ne semblait pas faire de différence pour les invités. L’immense circuit se composait presque entièrement de places debout, la vaste piste d’athlétisme séparait les spectateurs des acteurs. Les amateurs de sport n’étaient pas non plus protégés du vent et de la pluie en raison de l’absence de toit. Néanmoins, la coque en béton gris avec ses quatre imposants mâts de projecteurs était un monument aux sports de la RDA.

Comme tant de bâtiments de l’économie planifiée communiste, le stade central s’est effondré après la réunification. En 2000, la ruine sportive emblématique a finalement été démolie au profit de la Coupe du monde dans leur propre pays. Le nouveau stade central est maintenant dans l’ovale encore reconnaissable.

L’arène moderne offre des sièges entièrement couverts et une vue imprenable sur le jeu. Cependant, “seulement” 42 959 spectateurs peuvent encore être assis.

.