“Nous pouvons toujours faire plus”

"Nous pouvons toujours faire plus"

Pas seulement depuis le mouvement “Black Lives Matter”, mais depuis lors, le champion du monde de Formule 1 milite encore plus pour la justice et les questions sociales. Beaucoup de personnes touchées espèrent que son engagement pourra avoir un effet positif, en particulier dans les pays où la Formule 1 visite malgré les violations des droits de l’homme.

Bahreïn est l’un d’entre eux, où la classe reine a terminé deux week-ends de course la saison dernière. À l’approche du Grand Prix, Hamilton avait reçu plusieurs lettres dénonçant la situation des droits de l’homme dans le pays.

Parmi eux, le message d’un jeune de 11 ans dont le père – un agent de sécurité – a été condamné à mort en 2014 pour avoir été tenu responsable de la mort d’un policier lors d’un attentat à la bombe lors des manifestations de masse de 2011. Selon Amnesty International, ses aveux ont été obtenus sous la torture.

La Formule 1 doit travailler vers des améliorations

Hamilton a été choqué: “Le plus triste pour moi, c’est qu’il y a un jeune homme dans le couloir de la mort et son sort n’est pas clair. Quand son fils m’a écrit cette lettre, cela m’a vraiment frappé profondément”, révèle le jeune homme de 35 ans.

Le champion du monde déclare: “En fin de compte, ce n’est pas nécessairement ma responsabilité de m’exprimer sur des endroits dont je ne sais pas tout, mais je pense que nous devons toujours travailler ensemble pour des changements et des améliorations. (…) Toutes les vies sont importantes. donc je pense qu’il y a certainement du travail à faire en arrière-plan. “

Il voulait lui-même utiliser sa position et son pouvoir pour aider. Son infection corona entre les deux races de Bahreïn ne lui a pas permis de s’asseoir avec le prince héritier et de lui en parler: “J’étais cloué au lit pendant la majeure partie de la semaine et bien sûr je n’ai vu personne.”

Hamilton voit “un problème constant et massif”

“Mais je ne vais certainement pas passer inaperçu et essayer d’avoir des conversations et de voir comment nous pouvons faire un usage positif de notre présence en tant que sport lorsque nous allons dans ces grands endroits”, a assuré Hamilton.

Le Britannique sait: “Bien sûr, la question des droits de l’homme est un problème persistant et massif dans certains des endroits où nous allons. Je pense que cette année a montré à quel point elle est importante non seulement pour nous en tant que sport, mais pour tous les sports du monde. Le monde doit utiliser les plates-formes dont ils disposent pour pousser au changement. “

En tant que l’un des rares sports à voyager dans autant de pays différents, la Formule 1 doit en faire plus et s’impliquer davantage, dit Hamilton. “Je pense que nous avons fait un pas dans cette direction, mais nous pouvons toujours faire plus.”

«Certaines mesures ont été prises pour les pays dans lesquels nous allons, mais il est important de s’assurer qu’elles sont mises en œuvre de la bonne manière afin que nous ne disions pas seulement que nous allons faire quelque chose, mais que nous le voyions réellement. quelque chose est fait. Il faudra un peu de travail dans les coulisses de notre part à tous. “