Pression dans le pneu avant “hors de contrôle”

Pression dans le pneu avant "hors de contrôle"

Pour Fabio Quartararo, la première course de MotoGP à MotorLand Aragon (Espagne) ne s’est déroulée que dans une seule direction – en arrière. Partant de la pole position, l’équipe Petronas Yamaha a fait passer le pilote. Enfin, il a vu le drapeau à damier à la 18e place, le Français n’a donc pas récolté de point en Coupe du monde.

En conséquence, Quartararo a dû céder la tête de la Coupe du monde à Joan Mir. Avec quatre courses encore en suspens, il a six points de retard sur le pilote Suzuki. Samedi, Quartararo s’est blessé à la hanche lors d’une chute pendant l’entraînement.

Mais ce n’était pas la raison de sa rechute en course. “Physiquement je vais bien, je n’ai pas eu de problèmes”, confirme-t-il et donne la vraie raison: “Il faut maintenant trouver les causes, car la pression dans le pneu avant était incontrôlable et anormale.”

“Le choix des pneus était correct. Tout était parfait dans les trois premiers tours. J’avais une très bonne sensation et tout allait bien. Dès le troisième tour, la pression des pneus était bien plus élevée que la normale. Mais il restait encore 20 tours à parcourir.”

“Vous pouvez donc imaginer la pression à la mi-temps”, déclare Quartararo. “La pression était incontrôlable. Nous n’avons pas roulé dans ces conditions. Je ne pouvais pas freiner, diriger ou incliner.”

“Nous ne savons pas pourquoi la pression a augmenté si fort. Habituellement, la pression augmente un peu, mais ce n’était pas normal. C’est difficile à comprendre. Nous devons découvrir exactement quel était le problème.”

Y a-t-il encore une chance contre Suzuki?

Quartararo estime qu’il n’aurait peut-être pas pu se battre pour la victoire, mais une place dans le top 5 aurait été possible avec une pression normale sur le pneu avant. Comme moi, il n’a récolté aucun point de championnat en deux courses.

Suzuki est-il hors de portée? “Je pense que nous pouvons nous battre avec eux. Ce sera peut-être difficile en Aragon, mais vient ensuite Valence. Je suis généralement rapide là-bas. J’ai été très rapide avec ces nouveaux pneus lors des essais en novembre dernier.”

“Nous devons être intelligents. La prochaine course sera importante car je ne peux pas perdre de points et je veux rattraper. Je pense que nous pouvons les combattre. Ils n’ont que six points de retard”, a déclaré Quartararo, qui n’a pas encore vu la Coupe du monde perdue.

“Bien sûr, je suis heureux que Rins ait gagné aujourd’hui et Petrucci au Mans. Mais notre résultat est important. Aujourd’hui, c’était une catastrophe. Cela aurait pu être encore pire si Mir avait gagné devant Vinales et ‘Dovi’.”

“La pression n’est pas vraiment sur moi. J’ai mené le Championnat du Monde, mais l’équipe n’existe que depuis l’année dernière. C’est aussi la deuxième année pour moi et je ne suis même pas dans une équipe d’usine. La pression est sur les pilotes d’usine. Ce fut une course difficile avec un problème technique, mais je me sens bien. Cela aurait pu être une pire journée. “

.