Real Madrid: Anelka: “Madrid est toujours Madrid et Zidane est capable de retourner à City”

Real Madrid: Anelka: "Madrid est toujours Madrid et Zidane est capable de retourner à City"

Real Madrid Les Français assistent à MARCA pour présenter ‘El incomprendido’, la série sur sa carrière

‘L’incompris’: c’est la série sur Nicolas Anelka

SS’il y a une vie qui donne pour une série, c’est Nicolas Anelka (Le Chesnay, France 1979). L’ancien attaquant du Real Madrid s’occupe de BRAND pour parler la série qui sort aujourd’hui sur Netflix et au passage revoir votre carrière, non sans succès et controverse. Il est temps de revoir son transfert au Real Madrid de Lorenzo Sanz, cette motn qui a mis fin à sa carrière avec la France, l’affaire Benzema avec l’équipe ou son grand engagement pour l’avenir de Madrid: Kylian Mbapp.

Question: Pourquoi une série maintenant? Peut-être pour mieux connaître la vraie Anelka?

Répondre: Eh bien, j’avais déjà réalisé un documentaire sur ma carrière jusqu’en 2008 appelé Inclassable et c’est un peu une continuation. Je voulais continuer jusqu’à la fin de ma carrière. Je reviens sur toute ma carrière alors que je l’avais déjà fait, avec beaucoup de détails et de choses qui m’est arrivé.

Q. Vous vous arrêtez à Madrid, quels souvenirs avez-vous?

R. Très bien, également de Lorenzo Sanz et je suis désolé pour sa perte. J’ai envoyé un message à votre fils et à Michel Salgado. C’était une signature avec beaucoup de pression, très compliquée, un nouveau pays, une nouvelle langue … Ce fut une saison très difficile mais j’ai un très bon souvenir. Parce qu’au final on a gagné la Ligue des champions, j’ai marqué au match aller et retour contre le Bayern, et j’ai pu démontrer un peu mon talent en étant décisif. Mais c’est vrai que j’aurais aimé faire beaucoup mieux à Madrid.

Q. Qu’est-ce qui est vrai de ce que Ral ou Hierro ne vous ont pas aidé? Ou était-ce plutôt son manque d’expérience qui a tronqué son adieu à Madrid?

R. Un peu des deux. Je manquais d’expérience, mais il y avait aussi une garde-robe qui était difficile, Ral était un ami de Morientes, Morientes de Hierro, Ral de Sanchs … Et avec toute la concurrence il y avait … Mais c’est normal car c’est Madrid et bien qu’ils soient votre les collègues ne vous donneront pas le site. C’est normal. C’était mon devoir de me battre pour lui. Et c’est vrai qu’à cette époque c’était très fermé et c’est pourquoi ce qui s’est passé, c’est la vie.

Q. Un reproche ou plutôt de bons sentiments?

R. Je suis fier d’avoir porté le maillot du Real Madrid, pour moi c’est le meilleur club du monde. C’est un rêve pour quiconque de jouer dans ce club et je l’ai fait. Après, comme vous l’avez dit, il était très jeune, il n’avait aucune expérience, il a été le premier jeune homme à signer un grand transfert comme ça. Je n’avais aucune expérience, mes frères non plus, et nous l’avons appris un peu tard, mais c’est arrivé comme ça et ça fait partie de ma vie.

P. Peut-être qu’avec Zidane ça aurait été différent …

R. Je pense que ça aurait été différent, ça m’aurait mieux compris (rires). Non, la vérité est que Del Bosque était un excellent entraîneur, il était très bon avec moi. Cela faisait partie de ma responsabilité de m’adapter et je ne savais pas comment le faire.

P. Zidane vous a surpris?

R. Au début, vous pouvez, mais plus maintenant. Il gagne toujours, cela semble normal.

Q. Votre histoire avec la France ne s’est pas si bien terminée, aucun reproche dans ce cas, notamment avec la devise de la Coupe du monde?

R. Non, aucune, parce que j’ai encerclé la rébellion parce que les joueurs savaient que nous avions raison et que nous étions de mon côté. C’était un mensonge dans les médias et les joueurs le savaient. Je l’ai fait pour l’équipe nationale, parce que je voulais changer les choses pour gagner, parce que j’étais compétitif et que je voulais gagner. J’avais le sentiment que nous n’étions pas préparés à gagner et je me sentais obligé de changer certaines choses car j’étais l’un des capitaines, j’avais de l’expérience.

P. Nous avons maintenant le cas de Benzema, qui a également clôturé, du moins pour le moment pour d’autres raisons, sa carrière avec la France et c’est difficile à comprendre. Que pense Anelka?

R. C’est triste pour lui, c’est sûr, car il veut revenir et a montré qu’il est l’un des meilleurs au monde, mais c’est un choix de Deschamps. Pour la France, Benzema sera sans aucun doute un plus. Ils forment déjà une super équipe, mais ce sera mieux. Mais c’est une décision de Deschamps, je connais bien l’entraîneur et je dois être respecté. Je pense que Karim doit se concentrer sur le Real Madrid et il le fait, chaque année il s’améliore. C’est dommage pour lui, mais il est au Real Madrid et tout va bien pour lui.

P. Peut-être que ça fait plus mal que ce soit le président de la Fédération qui termine sa carrière …

R. Je pense que Karim a compris que la chose la plus importante pour lui est le Real Madrid et tout le monde reconnaît son talent et sait qu’il est très difficile de réussir à Madrid et il l’a fait. Il a été dans la meilleure équipe et avec le meilleur entraîneur pour être le joueur avec le plus de titres dans le football français avec quatre champions, dix ans à Madrid, et en cela il est clair qu’il a fait mieux que quiconque.

Q. Anelka, maintenant Benzema, pensez-vous que Mbapp sera le prochain?

R. Talanto l’a bien sûr, il a tout, mais Madrid doit changer sa façon de jouer pour en tirer le meilleur parti. Surtout s’ils veulent que ce soit neuf, ils devront changer de jeu pour lui. S’il joue comme Cristiano, il fera bien de marquer de nombreux buts. Cela dépendra de la manière dont Madrid l’utilisera, car Kylian n’a pas le même jeu que Benzema. Mbapp c’est beaucoup d’espace, de vitesse, et si Madrid utilise Mbapp comme ils utilisent Benzema, nous verrons un bon joueur mais pas le meilleur comme on le voit au PSG. Vous devez savoir comment tirer le meilleur parti de lui et le jeu de Madrid en ce moment n’est pas la vitesse et la contre-attaque.

Q. Mais est-ce qu’un neuf ou mieux est jeté dans un groupe?

R. Cela peut être les deux, mais s’il est neuf, il faut savoir exploiter sa vitesse, mais on peut aussi jouer à l’extrême droite et marquer comme Cristiano l’a fait. Il est très rapide, alors je dis qu’il ne peut pas être utilisé comme Benzema. Mais bon, il y aura un entraîneur qui saura ce qui est le mieux pour lui. Mais il est clair qu’il a tout pour être un joueur madrilène.

Q. Cette année semble compliquée, ne le voyez-vous pas comme le meilleur successeur de Benzema depuis deux ou trois ans?

R. C’est le relais, sans aucun doute, mais une autre chose est que cela arrive parce que le PSG ne voudra pas vous vendre, et je ne pense pas que vous ayez besoin d’argent. Voulez-vous gagner la Ligue des champions avec Y et allez-vous le laisser aller à Madrid? Ne les. S’il veut partir, je ne sais pas s’il le veut tout de suite, on verra, mais dans les deux clubs il va bien et je ne sais pas si Madrid peut le signer.

Q. Comment voyez-vous le match de demain à Etihad? Voyez-vous Madrid capable de revenir?

R. Avec Zidane, tout est possible. La ville a un bon revenu. Pour être compliqué, mais Madrid est Madrid et dans les Champions, ils sont très forts. Je ne sais pas ce qui va se passer, mais Zidane est capable de revenir et Guardiola est très bon aussi donc il verra un grand match. La City, a priori, commence par un avantage.

Q. Serait-ce l’année du PSG?

R. C’est peut-être parce qu’il y a Neymar, qui n’a pas pu l’être les années précédentes, et qui est un joueur très important pour le PSG. C’est lui qui fait la différence avec Mbapp. Jouez derrière Kylian et ils font tous les deux beaucoup de dégâts. Quand ce n’est pas compliqué, mais si Neymar l’est, c’est autre chose car il a de l’expérience, il a joué pour Barcelone et sait quoi faire.

Q. Vous voulez être entraîneur, le PSG est-il une option pour vous un jour?

R. Je ne pense pas (rires). Je veux être entraîneur, mais je pense que c’est très loin, en Asie. Je serais surpris si un jour il s’entraînait en France.

Q. Pourquoi?

R. Je pense que c’est compliqué parce qu’en France ce sont toujours les mêmes personnes et les mêmes difficultés pour un type de personnes. Quand j’aurais mon diplôme, ce serait très surprenant si je m’entraînais en France.

Q. Et en Espagne ou en Angleterre?

R. Au Premier ministre, c’est possible, mais en Espagne, je n’ai pas été trop longtemps pour avoir la mentalité espagnole, donc je ne pense pas. L’Angleterre dans le Golfe …

Q. Avez-vous été dans de nombreux clubs, quel est le moment le plus spécial de votre carrière?

R. Pour moi, l’expérience en Chine. Les Anglais m’ont beaucoup donné parce qu’ils m’ont accueilli. J’étais à Shanghai et c’était fantastique, la vie est belle, on peut y aller doucement comme n’importe qui et le championnat est très bon. Je l’ai aimé. Pour l’instant je suis entre Dubaï, la Belgique, Paris et Londres et je m’occupe de ma famille et de mes trois enfants.

Q. Quels jeunes joueurs voyez-vous comme l’avenir de la France?

A. Le vrai talent pur est Mbapp. À 21 ans, c’est le joueur qui a le plus montré. Ensuite, il y a Dembel, mais il a été beaucoup blessé cette année. Mangez au Bayern et Martial à United. Et Lacazzette. Il y a beaucoup de grands joueurs en France, mais le plus fort est Kylian.

Q. Comment voyez-vous Hazard à Madrid?

R. Je pense que la première année n’est jamais facile et encore moins à Madrid parce que je l’ai vécue en venant d’Angleterre. Mais il va rester, cette année, il a vu un peu à quoi ressemble la Ligue et l’année prochaine, il voudra démontrer son talent.

.