Saibou résiste au licenciement sans préavis

Saibou résiste au licenciement sans préavis

Le basketteur Joshiko Saibou a vivement critiqué son licenciement sans préavis par Telekom Baskets Bonn.

«Si j’ai une opinion polarisante, le vent de face est naturellement préprogrammé. Mais alors perdre mon emploi est totalitaire et une gifle à l’encontre de la liberté d’expression», a écrit l’international (30) sur Instagram: «J’ai toujours cru en @telekombaskets la tolérance est la priorité absolue, mais maintenant je prouve le contraire. ” C’était un basketteur, “mais avant tout je suis humain”.

Le Bonn a démissionné de Saibou sans préavis pour “violations des exigences du contrat de travail actuel en tant qu’athlète professionnel”. Selon l’annonce de l’association, Saibou “a exprimé à plusieurs reprises sa position sur la pandémie ou le virus lui-même sur les réseaux sociaux et l’a également pratiquée lors d’une grande manifestation le week-end dernier en violant délibérément les règles de protection connues”.

Wolfgang Wiedlich, directeur général de BonBas GmbH, a déclaré: “Les clubs de la BBL travaillent actuellement méticuleusement sur des concepts d’hygiène pour les spectateurs la saison prochaine et sur des directives spéciales de santé et de sécurité au travail pour les actifs. Nous pouvons donc assumer un risque permanent d’infection, en tant que joueur. Saibou représente, ni responsable de ses collègues de travail dans notre équipe ni des autres équipes BBL en compétition. “

Saibou et sa petite amie, l’athlète allemande Alexandra Wester (26 ans), ont pu être vus sur les réseaux sociaux depuis leur participation à la manifestation contre les mesures étatiques pour contenir la pandémie de Corona ce week-end à Berlin.

La participante olympique de 2016 s’est récemment plainte dans une vidéo publiée sur Instagram d’avoir été privée de sa liberté par les mesures corona. En outre, elle a parlé dans l’article de la vaccination obligatoire de la population ou des médecins et avocats qui défendent les droits de l’homme et seraient enfermés dans les psychiatres des prisons.

Saibou avait posté une vidéo sur Instagram sous le hashtag #AppellandenVerstand dans laquelle il provoquait ses followers concernant les restrictions corona.

.